Plus Haut Désir

21 janvier 2020

Bienvenue. Vous êtes peut-être le 11 000° nouveau visiteur.
Vous trouverez sur ce site
130 poèmes en vers et illustrés
. En voici trois échantillons ci-dessous. 
La liste de tous les poèmes se trouve à droite dans la colonne Pages.

 

Notre-Dame-Paris- Vierge du pilier

  DE LA VIERGE DU PILIER DE NOTRE-DAME DE PARIS

 

Avez-vous donc pleuré, avez-vous donc souri

Est-ce peine ou bien joie dans vos grands yeux gothiques

Vous êtes la plus belle au jardin des mystiques

Ô Vierge du Pilier, marbre toujours fleuri

 

Sous l’énorme couronne, on vous sent frêle et forte

Gracieuse enfant cambrée, fière maternité

Et vous régnez là-bas, dans le lointain où portent

Vos doux yeux sans iris, regards d’éternité

 

La main enjouée du Fils défait votre dentelle

Un morceau de rocher, mais fine, immatérielle

C’est ainsi qu’est la grâce au fond de nos coeurs durs

 

Et de son autre main, il tient le globe d’or

Dans les rayons sans fin des hauts vitraux d’azur

En votre cathédrale où Paris vous adore

 

(Paul Claudel s'est converti à la Noël 1886 alors qu'il se tenait auprès de la Vierge du Pilier)

    

 

tristan-viola 

 

 DE TRISTAN ET YSEUT
 Tristan und Isolde, Richard Wagner, Acte 1

  

Quand Yseut prit la coupe et but avidement 

Pour étancher sa haine et leur donner la mort 

La tempête en son coeur et les vents au dehors

Firent pencher la nef vers le fond sans amants 

 

Puis Tristan but aussi et l'amour qui divague 

En redressant la proue les fit chuter tous deux 

Dans les bras l'un de l'autre où l'on devient des dieux 

Tandis que bien et mal s'en allaient sur les vagues

 

Mais de l'âme et du corps l'intime connaissance 

Est un philtre enivrant que pique l'amertume 

Et leur baiser déjà avait un goût d'écume

   

La houle les berçait dans un lit d'innocence 

Et l'étoile enflammée qui orientait l’étrave 

Dévoilait leur étreinte aux noyés des épaves

 

 

Medusa_by_Carvaggio

  FANTAISIE SUR ULYSSE

 

J’ai mangé les rayons  des ruchers du soleil

Bu les reflets d’argent la nuit sur les lagunes

Tiré le noir vaisseau le soir entre les dunes

Où vint le vent ailé nicher dans mon oreille

 

J’ai tant rêvé de toi sur les eaux d’infortune

Ô mon unique amour ô toi la sans-pareille

Que même l’hécatombe et les doux seins de lune

N’ont pu guérir ma peine et calmer mon sommeil

 

Cependant que Mentor et le beau Télémaque

Quittent en grande hâte Argos aux fiers chevaux

Pour déterrer mon arc sous les cyprès d’Ithaque

 

Et quand de l’odyssée je défais l’écheveau

Je remonte du fond où les morts vont rampant

La tête de Méduse aux cheveux de serpents

 

 

Je publie ces pages depuis avril 2014. Elles contiennent des poèmes d'inspirationPhoto moi 1 mars 2015 4 religieuse et iconographique (les premiers dans la liste), des poèmes sur l'inspiration poétique (à partir de Ce que m'a dit l'étoile), des poèmes amoureux (à partir de Ballade pour la Belle-au-bois-dormant), des poèmes sur l'Antiquité classique (à partir de Ulysse) et enfin des poèmes sur la vie et l'esthétique (à partir de La forêt de Tronçais).

 Je serais heureux de dialoguer avec vous, contactez-moi à l'adresse ci-dessous.


 Copie et diffusion non commerciales autorisées mais sans modifications. Pour contacter l'auteur : laurent_de_lavarene@yahoo.com. Recopier cette mention avec les textes.

 

  

  

Posté par ldelavarene à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]